• Accueil
  • /
  • Théâtre
  • /
  • Découverte n°3 de Cruell’Art : Il était une fois, l’architecture

Découverte n°3 de Cruell’Art : Il était une fois, l’architecture

Il y a quelque chose de magique à concevoir, construire un édifice, un bâtiment, une maison… évidemment puisque c’est un art : l’architecture. Alors venez avec moi, on va se balader dans Annecy sur mon tapis volant et rêver ensemble (en bleu s’il y a du soleil, sinon ça sera un peu gris désolée mais c’est encore l’hiver les mecs)…

Coucou mes p’tits chats !

J’attaque ce jour un sujet difficile, épineux voir complètement opaque pour moi : l’architecture. Au travers de mes petites investigations, je me suis surtout rendue compte que l’architecture en plus d’être un art, est un morceau d’histoire. Chaque bâtiment aura son style, son époque, sa patte. On part donc véritablement dans un voyage à travers le temps ensemble, pour redécouvrir nos quartiers dans lesquels nous nous sommes tant baladés, sans jamais faire attention à nos murs.

Vous l’aurez compris, on respecte toujours l’exercice imposé au départ : de l’art gratuit et accessible à tous… quoi de plus évident que les immeubles que nous entourent ?! Je vous en bouche un coin là je suis sûre ! Mouahahaha (rire machiavélique) !

Jamais mon p’tit chat tu n’as pensé que l’art c’était aussi la façade de ton immeuble ? Que tu l’as sous le nez, que tu vis dedans, que tu y travailles ?! T’inquiète pas j’suis là pour ça : te faire sentir bête et inculte face à ton ignorance et ton manque d’investissement pour agrémenter ta petite vie triste et morne d’art au quotidien.

Dirigeons nous déjà vers le quartier de la Préfecture. Tu la vois la préfecture j’ai pas besoin de te faire un itinéraire ? Tu vois Bonlieu? Et surtout au milieu des deux, tu vois cet immense paquebot à quai ?! Non ? Sérieusement ? On dirait que le petit frère du Titanic s’est posé là ! Mais si, purée mais ouvre tes petits yeux !! C’est au 15 rue de la Préfecture regarde bien…





Et oui c’est bien un paquebot posé face au lac ! Nous sommes en 1957, l’architecte est Paul Jacquet. Ok tu me diras le gars s’est pas foulé, il est au bord de l’eau et il dessine un paquebot comme immeuble. M’enfin quand même la prouesse a le mérite d’être soulignée. Je trouve qu’en terme d’art justement, le gars est bon, c’est drôle joli et subtile. Bravo Paul ! On ira faire caca chez toi, dans ton immeuble… (Référence à une certaine publicité, où un petit morveux voulait « faire caca chez Paul » ; ça m’a traumatisé sur ce prénom, même quand je lisais la Comtesse de Segur et « Les Malheurs de Sophie », Paul n’avait plus la même image, je ne vous ferai pas de dessin du coup).

J’imagine tellement le mec qui a le balcon tout en haut, il doit se prendre pour le commandant Cousteau tous les matins, c’est énorme ! Pour un peu il a peut-être un bonnet rouge ? S’il se reconnait qu’il nous fasse signe en tout cas  !





Si on continue notre balade en tapis volant, on arrive alors rue Sommeiller… Bim ! Bienvenue dans les années 20 et le style Art Déco.





Tu vois ce gros truc qui forme un immeuble sur 3 rues ? As-tu déjà remarqué tous les détails sur la façade ? Du pur produit made in Art Déco. Les moulures aux balcons, les briques… Trop mimi tout ça !





Mes p’tits chats j’ai surtout appris sur mon tapis volant qu’Annecy vivait beaucoup de l’architecture des années 30, l’entre deux guerres. Par exemple, revenons un peu plus près du Lac, sur le quai Eustache Chappuis.





Un certain Denizot, pas Michel non Gustave, a dessiné l’hôtel Louis-Georges. Mieux connu à ce jour  sous le nom Splendid Hôtel. Avec des chambres vues sur lac, la proximité du centre ville… Bref un emplacement de choix pour les touristes et une architecture typique. J’adore cette façade, que j’admire parfois depuis le Pâquier.

Je crois que si j’en avais les moyens, je m’offrirai une nuit dedans pour avoir le plaisir de découvrir la vue qu’il doit offrir.





Bref, vous l’aurez compris mes p’tits chats dans chaque quartier d’Annecy, chaque bâtiment on peut découvrir une histoire, un style, une forme d’art.

Je vous ferai grâce des autres bâtiments qui ne sont pas de mon goût (oui voilà typiquement je refuse de parler du Palais de Justice qui me déprime… vous me direz c’est certainement l’objectif !) ou qui sont tellement connus que vous avez déjà dû prendre le temps de vous attarder dessus (la Préfecture, l’Impérial…).

Si ce n’est pas le cas, t’as bien tort, tu rates quelque chose et « on se sort les doigts du cul !» (merci à ce film, « Nos jours heureux » qui me permet de citer régulièrement et pour mon plus grand bonheur cette expression française pleine de grâce, de poésie et de sens), on ouvre les petits yeux quand on marche et on profite de cet art partout, tout le temps.

Moralité : Si tu ne l’avais pas encore compris, l’art est partout et il suffit de se donner la peine de regarder autour de soi, d’arrêter de marcher en regardant par terre ou de rester river sur son téléphone. C’est pas compliqué, ça coute rien, ça fait du bien au moral bref ça doit certainement être bon pour la santé ! Que du bonheur !

La bise mes p’tits chats !

Laisser un commentaire