La « Réalité Sublimée » de Yan Zoritchak

«Les rayons grimpent aux branches. Le retrait du soleil mettra bientôt fin aux jeux de brillance. Il ne faut pourtant jamais cesser de parler de lumière dans un pays pluvieux. Pays de ma naissance où j’aurai du moins appris l’art millénaire de profiter, de cueillir l’instant quand il est là, devant nos pieds. Ne jamais remettre à demain un seul orgasme, ni une seule framboise, un seul dimanche ensoleillé.»

 

Voilà le texte qui m’a accueilli dès mon entrée dans la salle d’exposition de Bonlieu.

Ce n’est pas de Yan Zoritchak, mais de son plus grand admirateur : Benoit Couren dont Yan est le parrain.

 

La première chose que l’on remarque en entrant dans la salle, c’est le choc créé par la rencontre entre la sobriété de la pièce et les couleurs vives des œuvres exposées. Il crée des pièces incroyablement lumineuses ayant pour but de nous initier à son amour pour le cosmos et les astres. Tout au long de la visite, des rayons de lumière et une multitude de reflets viennent s’accrocher à votre rétine et vous guident ainsi tout au long de l’exposition. Et ce n’est pas pour rien, Zoritchak est un spécialiste de la sculpture sur cristal !

 

Il ne faut pas moins de 1500 degrés à l’artiste pour fondre ce matériau, et en adoucir la brutalité. Si les pièces peuvent sembler fragiles, presque fissurées, ce n’est qu’une impression donnée grâce à la minutie dont fait preuve l’artiste en incrustant toutes sortes de matériaux au sein même de son cristal en fusion.

Les œuvres ont beau paraître semblables au premier coup d’œil, il n’en est rien. Tantôt l’une ressemblera à un paysage aquatique, sous-marin, tantôt le suivant vous plongera au cœur d’une nébuleuse tout droit sortie de l’imaginaire de Zoritchak. En plus de ça, une même œuvre pourra prendre un tout autre sens selon la façon dont vous la regardez, et vous vous surprendrez même à admirer votre reflet éclaté, transformé par les angles de Yan. De quoi aborder un nouvel angle de réflexion et de réflexion !

 

Une exposition dont on ressort avec des étoiles dans les yeux, que je conseille même aux plus terre à terre pour s’évader un moment !

 

Attention tout de même, car même si notre artiste slovaque de 74 ans est maintenant installé à Talloires, ce n’est pas le cas de ses œuvres, qui repartent pour une tournée mondiale le 1er Octobre.  Dépêchez vous donc d’aller planer avec  Yan Zoritchak, vous êtes les bienvenus !

Laisser un commentaire