• Home
  • /
  • LITTERATURE
  • /
  • Rencontre littéraire : Ian Manook ou la découverte des steppes mongoles

Rencontre littéraire : Ian Manook ou la découverte des steppes mongoles

L’association Histoire d’en parler organise plusieurs fois par mois des rencontres avec des auteurs dans différents lieux d’Annecy. Je me suis ainsi rendu ce jour-là au Bistro des Tilleuls histoire de faire connaissance avec l’écrivain de polar Ian Manook.

19 h 25 : Je suis à l’heure – un fait rare – il ne reste qu’à me garer.
(…)
19 h 45 : Je n’ai toujours pas trouvé de place – c’était trop beau pour être vrai – et me résigne à me garer sur un trottoir (ne pas reproduire chez vous).

Un lieu, un public, une ambiance

J’entre donc dans le bistrot. Une estrade, et sur celle-ci Serge Delémontex d’Histoire d’en parler présente la soirée. En face de lui, plus de 60 personnes, leur livre à la main, impatientes d’assister à la rencontre. La soirée est découpée en deux parties. Elle s’ouvre sur une discussion avec l’écrivain, menée par Serge. Puis le public est invité à poser des questions à son tour. Sans oublier le buffet littéraire et la séance de dédicaces qui suivent bien sûr !

Mais je parle, je parle, et Ian est déjà sur scène !

Ian Manook : Yeruldelgger, flic mongol

Ne connaissant la série que par des amis mais ne l’ayant jamais lue, j’avais peur d’être perdu durant cette soirée. Mais pas du tout ! Au contraire même, ça m’a totalement emballé et donné envie de m’y plonger !

L’interview tourne donc autour de la trilogie de polars – fermée, au grand dam de beaucoup dans la salle qui espéraient une suite ! – qu’est Yeruldelgger. Héros éponyme, il est flic mongol, ancien nomade. Il se retrouve embarqué dans un univers sombre, empreint des traditions mongoles et d’une culture chamanique, dans lequel il s’appuie sur des personnages – souvent féminins – forts aux dialogues ciselés.

L’autre héros de cette rencontre, c’est bien sûr Ian Manook. Il s’est beaucoup ouvert à nous parlant du chemin parcouru pour en arriver à écrire un polar sur un flic en Mongolie, de sa volonté primordiale d’être pertinent et inattendu, mais aussi de ses techniques d’écriture toutes particulières : comment de deux scènes qu’il avait en tête, il a écrit un roman au fur et à mesure, sans plan, d’un seul jet.

Et le tout en étant très à l’aise, loquace, et drôle, c’est d’autant plus efficace !

Je vous conseille donc de vous rendre à une de ces rencontres Histoire d’en parler. L’occasion de passer un moment privilégié dans des lieux insolites, avec des auteurs que vous connaissiez ou non, qui pourrait refuser ?

 

A bientôt dans les steppes !

Retrouvez les prochaines rencontres littéraires Histoire d’en parler en cliquant ICI !

Danien Pennac – 14 mai à 17h sur le Libellule

Jean-Christophe Ruffin – 18 mai à 19h30 à Bonlieu

Laisser un commentaire