Depuis l’Aube (Ode au Clitoris)

Dans la vie il y a des rencontres : des rencontres plus ou moins jolies, plus ou moins fortes ; des rencontres avec des hommes et d’autres avec des femmes ; des rencontres avec soi, avec sa sexualité. C’est après bien des rencontres que Pauline Ribat, comédienne de la Cie Le Pilier des Anges a écrit et mis en scène “Depuis l’Aube (Ode au Clitoris)“. Une pièce sur la femme, sa sexualité, sa libération, mais aussi les violences qui lui sont faites.

25 février : Télégramme de Léa, directrice de rédac’ :
-STOP- Pièce de théâtre “Depuis l’aube (Ode au Clitoris)” le 7 mars –STOP- avec Florian Choquart vu dans “La Discrète amoureuse“ -STOP- cool d’y aller -STOP-
J’avais adoré cette pièce lors du festival Coup de théâtre. Un rapide check-up du résumé m’annonce une pièce engagée. Quelques appréhensions… évitera-t-on un réquisitoire ? À découvrir…

Me voici dans l’antre (l’Auditorium) et qui je n’y retrouve pas ? Tom, un autre chroniqueur du blog ! Incroyable. Profitons-en. BOUYA !

La scène ? Décors minimalistes pour une scénographie judicieuse : une porte battante en plexiglas, des portants à costumes, une batterie,… Face à nous une femme et deux hommes.

Début de la pièce : exercice de respiration, le souffle se fait de plus en plus fort, pour les comédiens il devient même jouissances. Côté public, des rires nerveux par moments, mais aussi des frissons de peur par d’autres…

Fin du spectacle, je retrouve Tom.

Moi : Re ! Alors, comment as-tu atterri ici ?

Tom : Bah c’est assez simple en fait. J’ai été attiré par deux choses : le thème qui me semblait incontournable et le témoignage d’une amie. Elle m’avait parlé avec admiration de la pièce et des émotions diverses qu’elle provoquait.

Moi : Oui ! Quel étrange mélange de rire et de graves… La troupe a su habilement jouer, usant d’adroits procédés : échanges avec le spectateur, intermèdes étymologiques, témoignages, chansons,… Ils nous ont tenus en haleine tout du long ! On se questionne sans pour autant se renfermer !

Tom :  Totalement d’accord. J’ai trouvé les ruptures entre les parties particulièrement fortes et intelligentes. En tête, le passage de la joute d’insultes sexuelles ludique et drôle à la situation de viol conjugal, effrayante de vérité. J’avais par ailleurs peur que le spectacle mette en porte-à-faux la gente masculine. Mais j’ai été agréablement surpris de voir que deux des trois comédiens étaient des hommes, surtout pour aborder cette question des violences faites aux femmes.

Moi : Clairement ! Le plus important n’est pas de savoir qui des deux sexes il faut blâmer mais que chacun dispose de son corps comme il l’entend. Les choses évoluent, mais c’est à nous de continuer d’en être les acteurs. La Cie Le Pilier des Anges a d’ailleurs choisi de rencontrer des lycéens en amont et en aval de la pièce pour qu’ils aient une réelle réflexion autour de ces sujets.

Tom : En tout cas, quelle expérience ! Bravo à Pauline d’avoir su mettre en pièce (de théâtre LOL) les barrières que nous nous posons sur ces thèmes malheureusement encore tabous dans la société. On ne peut que vous conseiller de foncer la voir, à Avignon cet été.
Joyeuses accolades et retour au bercail. Une pièce à ne pas oublier !

Sexuellement,

Karen et Tom

Hé, pssst, ça c’est la chanson qui a inspiré le titre du spectacle :

« Petit bourgeon dans son buisson..♫♪ »

Depuis l’Aube (ode au clitoris)

Présentée par La Cie Le Pilier des Anges
Mise en scène Pauline Ribat
Collaboration artistique Joséphine Serre
Scénographie Jean-Baptiste Manessier avec le regard complice de Clément Peyon
Création lumière Laurent Schneegans
Création costumes Cécile Box
Création musicale Florian Choquart
Régie Marianne Pelcerf et Sarah Bradley
Avec Florian Choquart, Lionel Lingelser et Pauline Ribat

Laisser un commentaire