Narcose : apnée dansante à Bonlieu

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou, références dans le domaine chorégraphique, étaient de passage à Annecy pour présenter leur dernière création, Narcose. Une première expérience en danse contemporaine pour moi. Verdict ? Éprouvant mais édifiant. Explications.

Narcose ? Kézako ? Une histoire de drogue ?

Point du tout. La narcose, ou ivresse des profondeurs, est un état provoqué par la trop grande présence d’azote dans le corps. Silence, apaisement, troubles perceptifs : tant d’effets qui en découlent et qui expliquent qu’on utilise également ce terme pour décrire la situation de coma. Mais comme le dit Hafiz Dhaou, « on associe la narcose à quelque chose de triste parce que les gens vivent la douleur de voir un proche dans le coma, mais pour la personne en question, c’est un état de profonde exaltation ». Et c’est dans cet état que se plonge cette création.

Ok, narcose j’ai compris mais ce spectacle alors ?

J’y viens, mon bon ami. Sur scène, 3 danseurs. Ils déambulent l’un après l’autre, chacun dans un couloir, laissant vivre et s’exprimer leur corps au point d’apparaître comme des spasmes en suivant la musique lancinante (improvisée en live, un vrai plus). Puis ces corps naviguent, se suivent, expriment toute cette apnée, cette ivresse.

Juste des corps en apnée quoi ? C’est tout ?

Et c’est là tout le génie d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou. Toute la seconde partie du spectacle va enchaîner un très grand nombre d’images – comme un diaporama de scènes de vie – qui alternent entre poésie et violence inouïe (soutenue par une musique et une lumière très agressives, éprouvantes) dans le but d’évoquer dans ce rêve toutes les incohérences du monde. Le tout se terminant sur un final nous questionnant sur notre rapport à la vie, à l’horreur, aux médias. Un grand tour de force.

Au final la danse contemporaine, c’est cool ?

Auparavant, j’avais un à priori très négatif sur la danse contemporaine. À tort. Arriver à faire passer des idées très fortes et critiques juste par l’expression des corps est fascinant. Bien sûr je suis sorti du spectacle fatigué, physiquement, mais c’est là le but recherché par le spectacle. J’aurais donc plutôt dû dire « éprouvant donc édifiant ».

Que du bon donc, je vous conseille de vivre cette expérience. Et l’on ne peut que remercier Bonlieu de proposer ce genre de spectacles en plus d’offrir, comme ce fut le cas pour Narcose, la possibilité d’assister à la répétition générale et ainsi de dialoguer avec les chorégraphes et les artistes !

Mon corps a des spasmes en attendant le prochain spectacle de danse !

Tom Da Sylva

Laisser un commentaire